Maximilien Kolbe - la jeunesse – 1/7

Publié le 4 Décembre 2007

kolbe-maison.JPG

 

Maximilien eut une enfance très pieuse. Déjà enfant alors qu’il fût grondé par sa mère, (laquelle s’inquiétait de savoir ce qu’on pourrait bien faire de lui plus tard), il alla implorer la Sainte Vierge pour lui demander ce qu’il allait advenir. Il eut alors une vision de la Vierge dans laquelle il choisit deux couronnes : la blanche symbole de pureté et la rouge symbole de martyr. Le fait est que Maximilien parla alors régulièrement  à sa mère de son désir de mourir martyr avec un visage illuminé.

 

Il se prénommait Raimond et naquit le 8 janvier 1894 d’une famille croyante d’ouvriers tisserands de père en fils. Comme tous les polonais et très tôt il était imprégné par la ferveur religieuse dans l’honneur rendu à la Ste Vierge à travers les pèlerinages traditionnels à la chapelle consacrée à la Vierge Marie à Czestochowa. Ses parents tertiaires de l’ordre de St François considéraient la richesse comme un obstacle personnel au développement spirituel

 

Enfant, il aimait se rendre à l’Eglise pour prier et était vif et actif. Après une rencontre bienheureuse avec un pharmacien qui lui permit généreusement de se remettre à niveau pour reprendre des études, il se présenta en 1907 au séminaire d’une mission de Franciscains. Dans la même période, comme cela pouvait se pratiquer à l’époque, ses parents quittèrent la vie active pour entrer chacun dans les ordres.

 

                                                           -----

 

 

Agé de 15 ans, au séminaire, on remarqua son don pour les mathématiques et les sciences physiques (il imaginait déjà les possibilités de voyages dans la lune, dessinait des fusées et fabriquait des postes de radio ou appareils scientifiques) et sa sollicitude envers ses camarades de classe.  En 1910 il entra au noviciat sous le nom de Maximilien et prononça en 1911 ses voeux de frère franciscain conventuel. Puis il poursuivit pendant 7 ans ses études à Rome (2 doctorats et études en science physique) et était très doué.

 

Son amour pour la divine Mère de Dieu et l’Eucharistie était réel et grandissant. « L’obéissance seule est le critère absolu de la volonté de dieu, écrivait-il, donc de celle de l’Immaculée ». Très attaché à la Pologne et aux problèmes de son temps, il créa avec des frères franciscains son œuvre spirituelle « La Milice de l’Immaculée » pour la participation de chacun à la sainteté, pureté et l’union des églises.

Rédigé par Francois

Publié dans #Immaculée

Repost 0
Commenter cet article

domemma 04/12/2007 22:04

il y a à peine une heure j'étais justement en train de lire des paroles du Père Kolbe...dont celle-ci: "Mes petits enfants: aimez l'Immaculée! Aimez-la! et elle vous rendra heureux. Confiez-vous à elle totalement!"Alors, en cette prochaine fête de l'Immaculée, n'oublions pas de prier Marie .à bientôt.Domemma

François 20/12/2007 17:45

Bonjour,J'ai également crée la suite de ce premier article (1/7) sur la jeunesse de Maximilien Kolbe à consulter : * Le chevalier de l'immaculée : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357390.html* La cité de l'immaculée : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357413.html* Nagasaki : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357413.html* L'entrée en guerre : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357460.html* Le retour à Niepokalanow : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357479.html* Auschwitz : http://liberezlescaptifs.over-blog.net/article-14357497.htmlPère Kolbe, un vrai disciple de l'immaculée ....A bientôt Dommemma et vous tous.