Articles avec #bestiaire tag

Publié le 26 Septembre 2009

3 1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que le Seigneur avait faits. Il demanda à la femme : « Est-ce vrai que Dieu vous a dit : «Vous ne devez manger aucun fruit du jardin » 2 La femme répondit au serpent : « Nous pouvons manger les fruits du jardin. 3 Mais quant aux fruits de l'arbre qui est au centre du jardin, Dieu nous a dit : «Vous ne devez pas en manger, pas même y toucher, de peur d'en mourir.» » 4 Le serpent répliqua : « Pas du tout, vous ne mourrez pas. 5 Mais Dieu le sait bien : dès que vous en aurez mangé, vous verrez les choses telles qu'elles sont, vous serez comme lui, capables de savoir ce qui est bon ou mauvais. »

 

Genèse 3

Il est couramment admis de considérer les récits de Gn 1-11 sur l'origine du monde et de l'humanité comme symboliques. Cependant ils sont également à considérer comme des récits vrais, parce qu'ils racontent l'homme, ses rapports avec Dieu et le monde.

 

L’homme et la femme sont nus l'un devant l'autre car en vérité, en harmonie parfaite et dans le respect des limites de chacun. Cette situation cesse avec l’intervention du serpent. « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que YHWH Dieu avait faits » (Gn 3,1). Le serpent est donc créé par Dieu et l'homme lui a donné un nom (2,20). Mais il est « le plus rusé » et va chercher à atteindre l'humain pour lui rappeler ses limites. Il est « le plus rusé, le plus fourbe » (Mt 10,16).

 

Le serpent sans pattes et imprévu est un animal mystérieux qui, dans les religions antiques et différentes cultures, a rapport avec la sagesse et la sexualité, le mystère de la vie et de la mort. En ce sens on a donc les deux arbres dans le jardin de Gn 2, un qui donne la vie, l'autre qui donne la mort. Le serpent muant de peau pèriodiquement, indique un renouveau constant ou un rajeunissement. Il fait peur car il est venimeux. Dans l'Épopée de Gilgamesh, un serpent vole l'arbre de vie pour ensuite changer de peau. En Israël, il y a le culte du serpent signe de fécondité et de fertilité (cf. Nb 21,4-9; 2 R 18,1-5; Sg 16,5-14), sens présent dans le récit de l'Éden : le serpent promet la connaissance (3,5) et la vie (3,4), mais ne communiquera qu'une faible connaissance (3,7) et la mort (3,22). L'identification du serpent avec le démon apparaîtra ultérieurement dans la tradition biblique (Sg 2,24; Ap 12,9; 20,2).

 

Plus spécifiquement, le serpent étant symbole de vie et de fécondité, il parle ici à l'humain qui est aussi vie et fécondité, à savoir la femme.

 

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2009

Jonas recraché par la baleine. Enluminure allemande du Moyen Âge. 

13 Ces hommes ramaient pour gagner la terre, mais ils ne le purent, parce que la mer s'agitait toujours plus contre eux. 14 Alors ils invoquèrent le Seigneur, et dirent : O Seigneur, ne nous fais pas périr à cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas du sang innocent ! Car toi, Seigneur, tu fais ce que tu veux. 15 Puis ils prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer. Et la fureur de la mer s'apaisa. 16 Ces hommes furent saisis d'une grande crainte du Seigneur, et ils offrirent un sacrifice au Seigneur, et firent des voeux. 17 Le Seigneur fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits.(Jonas 1/13-17)


"Une génération mauvaise et adultère recherche un signe, il ne lui sera donné d'autre signe que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du grand poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre." (Matthieu 12:39 40)




Le livre de Jonas (Un des derniers livre de l'ancien testament mis en forme vers le 4 ème siècle avant J.C.) nous rapporte « un grand poisson » (Jonas 2/1), dans le ventre duquel l’infortuné prophète reste enfermé trois jours et trois nuits avant d’être recraché sur le rivage.

Cette page biblique est lue comme une annonce de la mort et de la résurrection de Jésus au matin du troisième jour.

De nombreuses fresques représentèrent dès les premiers siècles du christianisme le grand poisson, ce dernier souvent décrit sous les traits d'une baleine.
Au moyen âge la baleine était connue comme un animal gigantesque au visage terrifiant, vivant dans les profondeurs et rejetant de grands jets d'eau vers la surface. Ces multiples représentations, dragon des mers, poisson géant, témoignent de son caractère maléfique et inquiétant. L'animal était présenté comme envoyant des effluves attirant les nombreux poissons qu'il dévorait en fermant violemment sa mâchoire. Sa nature rusée et diabolique se reflétait dans son comportement lorsqu'il était décrit comme incitant les naufragés à s'abriter sur son dos sablonneux, les laissant allumer un feu et  plongeant dans les abymes en les emportant lors de leur sommeil. D'ou l'association entre la baleine et l'enfer dans lequel est descendu Jésus au troisième jour à l'image de Jonas avalé dans son ventre.

La baleine tels les gros mammifères étant reconnus comme s'accouplant peu fréquemment est dans certaines régions parée de vertu de chasteté. A cet effet sa chair est donnéeé  à consommer notamment par les abbayes dans les mers du nord.

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2008

« L'Eternel s'adressa à Moïse et lui dit:

 

J'ai entendu les plaintes des Israélites. Dis-leur donc: «Ce soir, avant qu'il fasse nuit, vous mangerez de la viande, et demain matin vous vous rassasierez de pain, et vous saurez que je suis l'Eternel votre Dieu.»

En effet, le soir même, des cailles vinrent s'abattre sur le campement qui en fut recouvert; et le lendemain matin, il y avait une couche de rosée tout autour du camp.

Lorsque cette rosée se fut dissipée, on aperçut par terre, sur le sol du désert, un mince dépôt granuleux, fin comme du givre, qui restait.

En voyant cela, les Israélites se demandèrent les uns aux autres:

  ---Qu'est-ce que c'est ? car ils ne savaient pas ce que c'était.

  Moïse leur dit:

  ---C'est le pain que l'Eternel vous donne à manger. »

Exode 16,11 :15

 

«Un vent envoyé par l'Éternel entraîna des cailles par-dessus la mer et les fit s'abattre autour du camp, sur un rayon d'une journée de marche. Elles recouvraient le sol jusqu'à un mètre de hauteur. Le peuple fut debout toute cette journée et toute la nuit, et encore tout le lendemain, pour ramasser les cailles. Personne n'en prit moins d'une tonne. Ils les étalèrent tout autour du camp »

Nombres 11.31-32

 

 

La caille est un oiseau migrateur comme l’hirondelle. Lorsqu’elle revient au printemps son retour est ressenti comme une bénédiction du Ciel.

Dans différents versets les cailles manifestent la providence divine : Les hébreux, lors de leur marche à travers le désert, virent tomber du ciel une nuée de cailles puis apparue la manne.

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 3 Mai 2008

Rouge gorge en point compté réalisé par mon père André 

Il était déjà presque midi ; l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures, car le soleil s’était caché. Le rideau du Temple se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. (Luc, chapitre 23, versets 44 à 46)




Le rouge-gorge est associé au Christ sur la croix par sa poitrine sur ensanglantée. Comme c'est l'un des premiers oiseaux à revenir lors du printemps, le rouge-gorge peut être reconnu comme apportant le renouveau.



 

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 2 Mai 2008

 

mésange bleue
« Il leur proposa une autre parabole, disant : Le royaume des cieux est semblable à un grain de moutarde qu’un homme prit et sema dans son champ : lequel est, il est vrai, plus petit que toutes les semences ; mais quand il a pris sa croissance, il est plus grand que les herbes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent et demeurent dans ses branches » (Matt. 13:31-32).





mésange charbonnière
« Il disait aussi : Comment comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous ? Il est semblable à un grain de moutarde, qui, lorsqu’il est semé sur la terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre ; et après qu’il est semé, il monte et devient plus grand que toutes les herbes, et jette de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent demeurer sous son ombre. Et par plusieurs paraboles de cette sorte, il leur annonçait la parole, selon qu’ils pouvaient l’entendre» (Marc. 4:30-33).





mésange nonette
« Et il disait : À quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai-je ? Il est semblable à un grain de moutarde qu’un homme prit et jeta dans son jardin ; et il crût et devint un grand arbre, et les oiseaux du ciel demeuraient dans ses branches.» (Luc. 13:18-19).











Les oiseaux ont par leur environnement céleste un rapport avec le Divin
. Dans ses paraboles, le Christ associe les oiseaux à la foule conviée à s'abriter sous l'arbre du Royaume des Cieux.

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 1 Avril 2008

Lorsqu’il se dresse sur ses pattes, l’ours rappelle l’homme. L’animal est associé à la cruauté. Vivant dans une grotte, il semble surgir des entrailles de la terre.

 

Dans la mesure où l’ours hiberne et se réveille au printemps, ce comportement peut être associé au séjour du Christ au tombeau suivi de sa résurrection.

 

 




Au cours d'un de ses voyages, pendant la traversée de la Bavière, la légende de Saint Corbinien raconte qu'il fut attaqué par un ours qui dévora son âne. Corbinien, après avoir prié, lui ordonna de lui servir de monture. C'est pourquoi il est souvent représenté accompagné d'un ours

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 22 Mars 2008


La vache, symbole nourricier, donne du lait et sa chair.

Pharaon eut un songe dans lequel sept vaches maigres mangèrent sept vaches grasses. Joseph interpréta ce songe comme une annonce de sept années d’abondances suivies de sept années de famines.






« Joseph dit à Pharaon : Ce qu’a songé Pharaon est une seule chose ; Dieu a fait connaître à Pharaon ce qu’il va faire.
  

Les sept vaches belles sont sept années : et les sept épis beaux sont sept années : c’est un seul songe.

Les sept vaches décharnées et laides, qui montaient derrière les premières, sont sept années ; et les sept épis vides, brûlés par le vent d’orient, seront sept années de famine.

Ainsi, comme je viens de le dire à Pharaon, Dieu a fait connaître à Pharaon ce qu’il va faire.

Voici, il y aura sept années de grande abondance dans tout le pays d’Égypte.

Sept années de famine viendront après elles ; et l’on oubliera toute cette abondance au pays d’Égypte, et la famine consumera le pays. »

 

Genèse 41, 25-30

 

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2008

Chat en point de croix par mon père André

La tradition moyenâgeuse occidentale chrétienne a fait du chat noir le présage du malin dans l'imagerie chrétienne et l'objet de bûchers publics en même temps que les présumées sorcières. A ce titre, dans certaines Annonciations l'animal est présenté comme s'enfuyant lors de l'arrivée de l'Ange Gabriel et dans la Cène sa figuration près de Judas est un signe précurseur de la trahison.
Néanmoins il bénéficie d'une image positive et fait son entrée dans les monastères et maisons pour protéger les bibliothèques et lieux infestés de rats.
 
 
D'après la légende comme les rats gênaient les passagers de l'arche de Noé, ce dernier passa la main sur le front du Lion qui éternuant projeta un couple de chat. Ainsi le chat ressemble au lion.
Le Talmud de Babylone indique également l'intérêt de l'élevage de chat permettant de garder une maison propre.
Le chat symbole de richesse et de mystère regagna la sympathie de tous, animal vif et autonome familier de nos foyers.

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 11 Janvier 2008

Elephant blanc

Dans la symbolique chrétienne l’éléphant est réputé avoir les qualités de sagesse, chasteté, innocence ou force. Il a été représenté dans les ouvrages religieux, sculptures ou œuvres diverses dans des églises.
   

Elephant - Cathédrale de Bâle

L'animal est réputé continent et fidèle à sa femelle. 
L’éléphant représente la vertu de tempérance et de sagesse par opposition au dragon dans certaines représentations où l’animal figure dans le jardin d’Eden.

Voir les commentaires

Rédigé par François

Publié dans #Bestiaire

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2007

Loup

Le loup est un animal prédateur nocturne qui fut chassé pour les ravages qu’il causait aux troupeaux. A ce titre il symbolise le mal et représente les ténèbres, les dangers d’un environnement hostile et sanguinaire vers lequel les disciples du Christ sont envoyés. « Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups » (Mat 10,16 et Luc 10,3).

 

 

Les dominicains (domini canes ou chiens du seigneur) peuvent être décrits comme en guerre contre les hérétiques (représentés par des loups).

 

 

Il est à noter également qu’un loup féroce terrifiant la population de Gubbie fut apprivoisé par St Francois d’Assise. Le saint rendit l’animal aussi tendre qu’un agneau et le loup devint alors l’un des attributs du saint.St François et le loup de Gubbie - peinture

Voir les commentaires

Rédigé par Francois

Publié dans #Bestiaire

Repost 0